Si clédat m'était conté ...

Si Clédat m'était conté ... j'apprendrais que c'est un village du XIIème siècle qui fut pendant des siècles un relais pour voyageurs pèlerins entre les hauteurs du Plateau de Millevaches et le pays de Tulle. Attestée dès 1164 dans une bulle du Pape, la petite chapelle romane Sainte Magdeleine était associée à la "Maison des Pauvres", hospice Fondation du prieuré-hôpital Saint Gérald de Limoges.

Plus près de nous, fin 1943, les maquisards de la 432ème  compagnie de FTP s'installent aux Bordes, en contrebas du village. Le groupe de 25 résistants sera attaqué par les Allemands le 4 mai 1944 ; 2 seront tués, 3 faits prisonniers et déportés, les autres purent s'enfuir.

Les derniers habitants quittent le village en 1963, isolé et abandonné au milieu de l'immense forêt de résineux de Larfeuil, une nature authentique et mystérieuse propice à la balade découverte et la méditation.

 Jusqu'en 1954, chaque année à la Ste Madeleine (22 juillet) un pèlerinage très suivi était organisé pour célébrer les vertus de la "bonne fontaine".

C'est en référence à cette tradition qu'est organisée depuis 1999, la Fête des Roses ... version contemporaine ... et païenne.

Clédat renaît en 2001, avec la restauration de la chapelle Ste Magdeleine et, au fil des années, la chaumière, le four à pain, les ruines des maisons d'autrefois parmi les rochers ... grâce à l'action de l'association Renaissance des Vieilles Pierres